Saturday, December 08, 2012

L'eau de Pompeii



L'eau a toujours été d'une importance capitale pour les villes romaines. Nous étudierons ici les réseaux d'eau de Pompeii.

Le lieu où fut bâtie la ville de Pompéii était particulièrement intéressant: les sols mélangés de lave étaient très fertiles et le fleuve Sarno, navigable, y coulait.
Sarno river
Hydrographie de Pompéii
Au tout début, l'eau était donc apportée par voie fluviale. Quatre rivières descendaient de l'Appenin tout proche: les Volturne, Clanis, Sebetho et Sarno.
Au cours du temps et de l'usage, les habitants de Pompéii n'ont plus jugé les eaux du Sarno comme suffisamment propres.
Ils se tournèrent vers la récupération d'eau de pluie plus salubre et plus facile à capter. Le captage d'eau de pluie était une affaire privée chez les Romains. Chaque famille devait réaliser elle même son système dans sa propre habitation. Le compluvium et l'impluvium offraient une possibilité simple sans aucune installation hydraulique compliquée. L'eau de pluie était dirigée par les toits inclinés vers le compluvium, orifice carré aménagé dans les toits. L'eau ainsi captée ruisselait dans l'impluvium, bassin situé au sol de la maison situé exactement sous le compluvium et relié à des citernes enterrées.
Impluvium
Impluvium
Au cours du passage vers les citernes, l'eau était filtrée par des grilles.
L'eau de puits était aussi utilisée. Mais la terre très riche en fer donnait un aspect rougeâtre et un gout peu apprécié. De plus, les nappes phréatiques étaient difficiles d'accès (environ 25 mètres de profondeur) et la terre volcanique très dure ne rendait pas le creusement aisé. Les pompéiens n'ont pas utilisé les puits outre mesure, on en trouve très peu comparé à la population présente.
puits et eau à Pompeii
Puits à Pompeii
L'arrivée de l’aqueduc au 1er siècle de notre ère a conduit les pompéiens à puiser l'eau des fontaines et combler les puits, mais avec des amphores brisées seulement. Bien leur en a pris, le tremblement de terre de 62 a gravement endommagé l’aqueduc et l'a rendu inutilisable.
L'aqueduc a été commissionné par Auguste. Il captait l'eau de la source du Sérino dans l'Apennin, une chaîne de montagne située à 30 km de la ville.  Au moment de l'éruption, une petite partie de la ville seulement puisait son eau directement de l'aqueduc. Il s'agissait essentiellement des maisons des familles les plus aisées qui pouvaient ainsi consommer l'eau sans compter. L'impluvium de ces maisons n'était d'ailleurs devenu qu'une simple décoration ornée bien souvent d'une statue. Les autres maisons étaient toujours dépendantes de leur impluvium mais aussi des fontaines desservies par l’aqueduc quand le Vésuve s'est réveillé.
Les fontaines étaient reliées à l'aqueduc par tout un réseau hydraulique très ingénieux. L'eau de l'aqueduc arrivait tout d'abord dans un château d'eau (ou castellum) qui servait à distribuer l'eau dans la ville. Le château d'eau de Pompéii est situé près de la porte du Vésuve et recevait tous les jours près de 6500 m3 d'eau. Le castellum est un bassin circulaire de 4.30 m de haut de de 5.70 m de diamètre.
Château d'eau de Pompeii
Château d'eau ou castellum
A l'intérieur, l'eau passait par un filtre et par un bassin de décantation. A partir de là, trois vannes principales partaient du château d'eau vers la ville. Chacune avait sa fonction et son importance. La vanne du milieu desservait les fontaines. Elle était toujours ouverte même en cas de disette. Il fallait assurer l'approvisionnement de l'eau de la plus grande partie de la population. Puis si le débit de l'aqueduc était suffisant, la vanne menant aux thermes étaient ouverte. Enfin, en cas de fort débit, la troisième voie laissait passer l'eau. C'est celle qui desservait les maisons privées. On voit ici le rôle social du château d'eau de Pompéii. Il est intéressant de noter que les maisons privées devaient payer une taxe pour recevoir l'eau de l'aqueduc. Cette taxe, du nom de uertigal, était calculée d'après les diamètres des conduits utilisés pour l'alimentation en eau. Plus le diamètre était grand, plus la taxe était élevée.
Tour d'eau de Pompeii
Tour d'eau
Grâce à son exceptionnelle préservation, la ville de Pompeii a fournit toutes sortes de canalisations: en plomb et en terre cuite pour les forts débits mais aussi du bois, de l'argent et du bronze. Le plomb était très utilisé sous l'empire romain. Sa production était égale à celle du XIXe siècle en grande partie à cause du réseau hydraulique. Mais la grande robustesse du plomb n'aurait pas pu contenir le débit du château d'eau de Pompeii. En effet, le château est construit à 18 m plus haut que le point le plus bas de la ville.
La pression de l'eau descendante aurait fait éclater les canalisations. Pour réduire cette pression, les ingénieurs romains ont installé des tours d'eau à des points stratégiques de la ville dans lesquelles l'eau s'engouffrait et remontait dans la tour jusqu'à un réservoir. L'eau redescendait de la tour en ayant perdu beaucoup de pression.  Ces tours pouvaient monter jusqu'à six mètres de haut. Du fait de leur esthétisme  on essayait de les dissimuler tant bien que mal. Ainsi une tour d'eau se cache dans l'arc de Caligula. Plus de quarante fontaines ont été retrouvées dans les 3/5ème fouillés de la ville. Vu leur nombre, elles ne sont jamais espacées de plus de 80 mètres d'une autre fontaine. Ainsi, chaque habitant de Pompeii n'avait pas plus de 40 mètres à faire pour trouver de l'eau. Chaque fontaine avait un grand réservoir rectangulaire d'environ 1.50 X 1.80 X 0.80 m. Plusieurs amphores pouvaient être remplies au même moment.
Fontaine publique de Pompeii
Fontaine publique
Ces fontaines étaient pourvues d'un bouchon de vidange et d'une rigole sur la margelle destinée à laisser partir le trop plein. Leur ornement est très simple (visage, masque, gourde...) mais toujours différent d'une fontaine à l'autre. Les fontaines privées  des domus les plus aisées étaient bien moins austères.
Nous verrons dans un prochain article l’utilisation de l'eau de Pompéii. Ce point est crucial parce qu'il faudra bien savoir à quoi étaient utilisés les 800 litres d'eau par jour et par habitant comparés aux 50 litres nécessaires pour une vie tout à fait équilibrée!
Ecrit par Jean Noel Tribolo, le 08 décembre 2012 à 23:34 à Paris, France.