Friday, September 07, 2012

Vercingetorix Chapitre XVII - Alésia.

César reconnut, à l'examen, que la situation d'Alésia appelait le blocus, l'imposait presque comme la solution la plus certaine et la moins sanglante. Son premier mot fut pour dire aux soldats qu'il fallait travailler : il ne s'agissait point de brandir des épées, mais de remuer la terre à grandes pelletées.

Alors commença la plus énorme besogne de terrassement qu'un imperator eût, depuis Marius, ordonnée à des légionnaires, citoyens romains. Il fallait creuser et bâtir, tout autour de la montagne d'Alésia, sur un circuit de onze milles (seize kilomètres) : mais César avait sous ses ordres, pour mener l'œuvre à bonne fin, quarante mille hommes, la plupart vieux soldats aux muscles robustes et aux gestes exercés.

Sa première tâche fut de tracer et de fortifier les camps. Il en établit quatre (?), tous sur les hauteurs qui faisaient face à Alésia : deux (?) au Sud, sur la montagne de Flavigny, et c'est sur ce point sans doute que se trouvait le quartier général ; un au Nord-Est (?), sur la montagne de Bussy ; un quatrième enfin au Nord-Ouest, en contrebas du Mont Réa : ce dernier, où s'installèrent deux légions, fut le seul qui ne s'élevât pas à la même hauteur qu'Alésia ; car sur ce point, le sommet des collines extérieures était trop éloigné pour être compris dans la ligne de blocus : César se contenta de dresser le camp à mi-côte.

Pour relier ces camps et préparer la contrevallation, il décida de construire, sur la même ligne, une série de redoutes, distantes l'une de l'autre d'à peu près un demi-mille, et assez grandes pour abriter quatre cohortes, seize cents hommes : il y en eut vingt-trois, presque toute l'armée pouvait s'y tenir en position de combat ; la nuit, on y veillait sans relâche ; le jour, on y postait des garnisons, prêtes à sortir pour protéger les travailleurs.

Ce furent les premiers travaux. Alésia n'était pas bloquée, mais surveillée de très près. Les camps et les redoutes étaient les jalons qui marquaient l'enceinte dont elle allait être bientôt entièrement investie. Elle voyait surgir tout autour d'elle, à douze ou quinze cents mètres de ses murailles, une cité ennemie, qui avait déjà ses tours et ses citadelles, et qui ne tarderait pas à avoir ses remparts continus, enveloppant les siens propres.

4. Nouvelle défaite de la cavalerie gauloise dans la plaine des Laumes.

Le seul endroit où les Gaulois pussent entraver les terrassements romains avec quelque chance de succès était la plaine des Laumes. Sur ce point les légionnaires travaillèrent longtemps sans abri, hors de la protection de leurs collines, sur des espaces découverts et peu propres à recevoir des camps et des redoutes. Ce secteur des lignes d'attaque était, par sa position, le plus faible : c'était donc celui où il importait le plus à César de pouvoir agir à sa guise.

Aussi Gaulois et Romains s'appliquèrent-ils également à devenir ou à demeurer les maîtres de la plaine des Laumes. Vercingétorix y déploya ce qui lui restait d'escadrons, en nombre encore suffisant pour résister fermement aux ennemis ; et malgré le désastre des jours précédents, il ne parut pas que le courage de ses hommes fût ébranlé.


153.jpg

Via http://www.e-stoire.net/