Friday, September 21, 2012

L’Orient méditerranéen dans l’Empire romain : ouverture des nouvelles salles au Louvre


Inline image 1


En parallèle de l'ouverture en grandes pompes des nouveaux espaces du département des arts de l'Islam (voir notre article), le musée du Louvre présente les salles réunissant les collections des provinces orientales de l'Empire romain. Selon un projet qui remonte aux années 1980, ces objets qui étaient répartis dans les trois départements d'antiquités du Louvre se retrouvent pour la première fois au sein d'un ensemble cohérent, et permanent. Présentation d'une collection témoignant d'une époque et d'une aire géographique où différentes traditions artistiques se mélangèrent, s'assimilèrent, pour parfois créer une culture à part entière.

C'est autour des nouveaux aménagements consacrés aux arts de l'Islam que se déploient les collections de l'Orient méditerranéen. D'importantes campagnes de restauration ont été menées de 1997 à 2010 en vue de ce projet. Les oeuvres se parent d'un aspect étonnamment frais et vivant, à l'image des portraits peints égyptiens, où apparaissent des visages millénaires qui semblent nés d'hier. Une première section, sur plusieurs niveaux, est dédiée à la domination romaine qui s'étend sur l'Orient du Ier siècle avant JC au IV siècle après JC : y sont évoqués différentes formes de pratiques funéraires, cultuelles ou encore vestimentaires, et ce en Egypte, au Proche-Orient, en Nubie, etc. La deuxième séquence se penche quant à elle sur les vestiges de l'Egypte copte.

Sont donc rassemblés des objets qui étaient auparavant dispatchés dans différents départements selon des paramètres essentiellement stylistiques : les plus hellénisants étaient envoyés au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, quand ceux qui étaient plus imprégnés d'une tradition locale rejoignaient le département des Antiquités égyptiennes ou celui des Antiquités orientales. Car dans ses conquêtes et son désir d'unification, l'Empire romain bénéficie d'un premier « travail de normalisation » induit par le passage d'Alexandre le Grand et de la culture hellénique, à laquelle le monde romain s'identifie, si bien que l'on parle de « culture gréco-romaine ». Les populations de l'Orient méditerranéen ont déjà adopté le modèle de la cité grecque, et introduisent des caractéristiques iconographiques et stylistiques propres à l'univers gréco-romain dans les représentations qu'ils font de leurs dieux, qu'ils soient araméens, égyptiens, syriens ou arabes.

Via L'Orient méditerranéen dans l'Empire romain : ouverture des nouvelles salles au Louvre