Thursday, September 13, 2012

Alix Senator : l’âge et le galon font tout à l’affaire | Le Comptoir de la BD

Voilà un pari éditorial gonflé et, autant commencer par ça, relevé de main de maître par la scénariste Valérie Mangin et le dessinateur Thierry Démarez. Raconter les aventures d’un Alix installé, sénateur cinquantenaire qui a l’oreille de l’Empereur Auguste, devenu une personnalité influente de l’élite. Un Alix aux cheveux blancs, à peine marqué par les années, qui a cessé de courir le monde pour s’atteler aux affaires de la Cité romaine, et qui veille sur ses deux fils, le sien et celui d’Enak, dont on apprend la mort douze ans auparavant sans en détailler les circonstances. Question au passage : où sont leurs femmes ? Mystère. Nous sommes dans des temps où l’espérance de vie… Nous sommes également dans un monde toujours dominé par les mâles, où le vrai pouvoir est partagé entre politiques, religieux et militaires, sans qu’une femme ne vienne faire la différence. La question économique pour sa part n’est pas abordée mais l’opulence est bien entendu visible dans les cercles du pouvoir.

Le récit s’intéresse à expliquer les morts mystérieuses de dignitaires romains, assassinés apparemment par des aigles aux serres d’or, animaux symbole et messager de Jupiter dont le courroux reste craint. Du point de vue pragmatique, dresser un aigle est très difficile et Alix, après la perte d’un puissant allié assassiné devant les yeux de ses enfants, prend l’enquête à son compte. On a dès lors droit à une intéressante plongée dans les recoins de Rome et le déroulement de l’intrigue en dit beaucoup sur les us et coutumes, les croyances ou les rapports sociaux. C’est renseigné mais jamais la leçon d’histoire ne prend le pas sur le récit, on a vraiment l’impression d’une reconstitution dessinée dans la veine de la série télévisuelle Rome, qui immédiatement vient à l’esprit au travers du remarquable travail sur les ambiances, les détails, les plans quasi cinématographiques. La série en deux saisons d’HBO avait révolutionné la vision de l’Empire Romain et sans aucun doute cet Alix Senator bénéficie de ce rafraichissement, suivant une relecture également perceptible dans Murena dont on peut aussi le rapprocher.

Via Alix Senator : l’âge et le galon font tout à l’affaire | Le Comptoir de la BD