Thursday, August 09, 2012

Le sarcophage gallo-romain a toujours la vedette

REIMS (Marne). En plus de son esthétique remarquable, le tombeau de Jovin vaut le détour au musée Saint-Remi pour la part d'histoire qui s'y rattache.
NOUS sommes au IVe siècle après Jésus-Christ. Valentinien Ier est empereur à Rome. Pour préserver son empire des Alamans, il transporte son état-major à Reims (qui ne porte pas encore ce nom).

Son général Flavius Jovinus, qui serait d'ailleurs natif de cette même ville, se montre particulièrement efficace contre les Barbares. Pour le récompenser, l'empereur lui attribue la distinction honorifique du consulat, ce qui vaut au militaire champenois de passer un an à Rome.
C'est là qu'il découvre un très joli sarcophage de marbre de Marmara, réalisé au siècle précédent et resté inemployé, orné notamment d'une virile scène de chasse au lion. « Ça sera parfait pour moi », se dit notre homme. Il reste juste à donner ses traits à la sculpture prévue pour représenter le futur occupant du tombeau, celle-ci n'étant alors que grossièrement esquissée, comme cela se faisait à l'époque en attendant de savoir qui serait le client effectif.

Mis à l'abri dans la cathédrale
Ce décalage d'un siècle entre le gros de l'œuvre et sa finition n'échappera pas aux spécialistes, qui repéreront une différence de style entre le hiératisme imprégnant la représentation du défunt et le « décor » qui l'entoure, plus baroque.

Reste aussi à acheminer l'imposant colis de marbre jusqu'à Reims, ce qui se fait par bateau d'abord, via le Tibre jusqu'à la Saône, avant de terminer par char à bœufs.
Ce sarcophage de Jovin connaîtra encore diverses tribulations, comme le rappelle l'administrateur du musée Saint-Remi Marc Bouxin, dont il constitue toujours l'une des pièces vedettes : à la Révolution en effet, il déménage pour trouver refuge dans la cathédrale, où il se fait trimbaler à plusieurs reprises, ce qui lui vaut notamment de perdre son couvercle, brisé. Ce n'est que dans les années 50 qu'il atterrit au musée de la rue Simon. Définitivement ?

Via http://www.lunion.presse.fr/article/culture-et-loisirs/le-sarcophage-gallo-romain-a-toujours-la-vedette