Thursday, August 23, 2012

Avignon : sous la robe d'avocat, le gladiateur

Dans son cabinet du quartier de Saint-Chamand, le stylo fait rapidement office de glaive et le double décimètre de bouclier. Lâchez le mot "gladiateur" et Me Tanguy Barthouil, avocat au barreau d'Avignon, vous expliquera le reste. Gestes à l'appui. C'est un passionné, et le mot est faible, de la Rome antique et de la gladiature. Tant et si fort que depuis un an, il troque chaque mois sa robe d'avocat contre la tenue de Spartacus. Et pas pour le folklore.

Avec la troupe de spécialistes d'Acta, il participe à de "vrais" combats, les plus fidèles possible à ceux de l'époque. Harassants, parfois douloureux."Faut être un peu maso" concède Tanguy Barthouil. C'est en tombant par hasard sur un spectacle de gladiateurs au théâtre d'Orange qu'il a attrappé le virus. "J'ai halluciné" se souvient cet avocat spécialiste en droit bancaire."En rentrant chez moi, je n'étais pas loin de me dire que j'avais raté ma vocation !"

Gladiateur, un état d'esprit

Ses regrets s'atténueront quelques années plus tard. L'été dernier, il apprend qu'Acta organise des entraînements chaque mois dans les arènes d'Arles. Et dès septembre, entre deux plaidoiries, il y participe. L'ancien karatéka ne boude pas son plaisir, conquis par cet art martial d'un genre particulier. "Ce n'est pas un show ni une chorégraphie. Le but est de toucher l'autre, avec les mêmes techniques et les mêmes armes qu'il y a 2000 ans. Sans se blesser, bien sûr, et sans esprit de compétition. Lorsque l'un d'entre nous réalise un bel assaut, tout le monde est content. On ne compte pas les points."

via http://www.laprovence.com/article/a-la-une/avignon-sous-la-robe-davocat-le-gladiateur