Wednesday, July 25, 2012

Le théâtre romain de Bulla Regia dans son contexte urbain

Le théâtre de Bulla Regia est un des mieux conservés de Tunisie. Malgré l'intérêt certain qu'il représente son étude nécessite de tenir compte du contexte monumental dans lequel il est apparu celui du secteur constitué par les deux "esplanades" situées au Sud et à l'Ouest. La première partie de la thèse est consacrée à l'étude du théâtre proprement dit. Elle se fonde sur l'ensemble des relevés des structures en place, la description des vestiges et l'étude des blocs épars. Le monument a été interprété et restitué par comparaison avec d'autres théâtres romains bien connus situés de façon préférentielle en Afrique. L'étude présente les dessins de restitution de l'édifice en plan, élévation et coupe, ainsi que sa modélisation informatique. La recherche a démontré que le monument a connu deux états successifs.

C'est en effet à la suite d'une extension que sa façade est venue mordre sur la rue située au Nord. La seconde partie s'attache à l'étude du contexte monumental auquel le théâtre est lié. Elle commence par un chapitre technique qui définit les caractéristiques des murs numides par rapport aux murs romains. Il était fondamental de pouvoir restituer son évolution chronologique et principalement de distinguer les caractéristiques de son organisation à l'époque numide. L'étude des monuments s'est intéressée à tous les temples situés au sud du théâtre, avec leurs relevés, l'étude de leurs blocs épars et leur restitution architecturale. Pour la première fois a été proposée, sur des bases solides, la restitution d'un temple d'époque numide (le temple B).Dans la dernière partie ont été discutées les trois hypothèses possibles relatives à la fonction véritable du complexe monumental constitué par les deux esplanades et le théâtre. Il a été démontré qu'il ne pouvait s'agir d'un sanctuaire organisé autour d'un temple principal ni d'un grand gymnase de tradition grecque.

La seule hypothèse satisfaisante est celle qui consiste à considérer que le premier état du complexe (à l'époque numide) aurait correspondu à un palais. Celui-ci aurait compris une partie résidentielle (autour de l'esplanade B) et une partie sacrée à laquelle le théâtre était lié (autour de l'esplanade A). Cette recherche nous éclaire sur la fonction et l'évolution d'une partie importante de la ville et révèle l'existence d'un programme architectural particulièrement rare en Afrique (une résidence royale numide). Cette thèse est celle d'un architecte dont le mérite est d'avoir réalisé pour la première fois un relevé très précis une description et une interprétation poussée de ce complexe. Elle soulève des questions soumises à la réflexion de la communauté scientifique qui devraient encourager la réalisation de sondages et de fouilles permettant de confirmer et de consolider l'hypothèse avancée.

Via http://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00720408