Tuesday, July 24, 2012

La Toge Et Le Glaive: La Porte Auguste.

Il y a quelques temps, j'avais rédigé un article sur la Maison Carrée de Nîmes, l'un des monuments Romains les plus célèbres au monde. Pourquoi ne pas poursuivre notre visite de la ville, afin d'en découvrir les autres vestiges ? Pour notre seconde étape, je vous invite à vous arrêter sur le boulevard Amiral Courbet, face à l'église Saint-Baudile, afin d'en apprendre davantage sur la Porte Auguste.

A l'époque romaine, Nemausus possédait une vaste enceinte, faisant de la ville l'une des plus grandes cités fortifiées de l'Empire :  elle englobait un périmètre de 7 km, pour une superficie de 220 hectares. Elle était entourée de remparts, hauts de 9 mètres et larges de 2 mètres, comptant 80 tours (dont la Tour Magne) et percés de dizaines de portes, dont ne subsistent aujourd'hui que la Porte de France et, donc, la Porte Auguste.

Autrefois appelée Porte d'Arles (Porta Arelatensis), la Porte Auguste était située à l'Est de l'enceinte. Elle faisait face à la Via Domitia, que recouvre aujourd'hui la rue Pierre-Sémard, vers Arles et Beaucaire : elle était donc l'entrée principale de la ville pour qui souhaitait la traverser, avant de repartir vers l'Espagne par la Porte de France. C'est par là que passaient les légions se rendant à Narbonne. Il est à noter que, les Romains ayant coutume d'enterrer leurs morts à l'extérieur de la cité, les abords de la Porte Auguste ont révélé de très nombreuses tombes, véritable aubaine pour les archéologues de la région. Citons notamment les travaux d'Auguste Pelet qui, en 1849, organisa des fouilles et entreprit de dégager complètement le monument, partiellement enseveli. Ces travaux conduisirent à la mise au jour de la voie antique, ainsi qu'à la découverte de pièces de monnaie, pour la plupart antérieures au règne d'Antonin.Pelet en déduisit que l'enceinte avait été remaniée à cette période.

Via http://latogeetleglaive.blogspot.com/2012/07/la-porte-auguste.html