Friday, July 06, 2012

Camille Jullian - Vercingétorix _ Chap. XVI \ p. 1, 2 & 3

Pendant ce temps, César avait rétrogradé chez ses alliés de la vallée de la Marne ; réconforté par l'hospitalité des Lingons et des Rèmes, il se préparait pour une nouvelle campagne.

Il ne songeait plus à pénétrer dans la Gaule même, à la fois soulevée et dévastée : à quoi lui aurait servi de revivre devant Bibracte les journées de Gergovie ? pour faire besogne utile contre les coalisés, il aurait eu besoin de nouveaux renforts, et il ne pouvait en attendre ni de la Province envahie ni de l'Italie dont il allait être coupé.

L'essentiel lui parut de regagner la Narbonnaise, où son cousin L. César n'avait que 22 cohortes, soldats tirés de la Province même et qui pour la plupart n'avaient jamais vu l'ennemi. Car, s'il arrivait malheur à cette région, le proconsul se trouverait enfermé, loin de l'Italie, comme par un double écrou ; et, s'il réussissait à s'échapper des Gaulois, il n'éviterait sûrement pas les vengeances du sénat et de ses adversaires romains.

via http://www.e-stoire.net/article-camille-jullian-vercingetorix-_-chap-xvi-p-1-2-3-107819387.html