Thursday, July 12, 2012

Camille Jullian - Vercingétorix _ Chap. XIV \ p. 1, 2 & 3

Tandis que César, après avoir réglé à Decize les affaires des Éduens, s'était dirigé vers le Sud pour attaquer Gergovie, son légat Labienus s'était porté vers le Nord par la vallée de l'Yonne et le pays sénon.

Labienus avait avec lui quatre légions, dont la VIIe et la XIIe, deux vieilles troupes très sûres et très hardies ; il emmenait toutes les recrues récemment arrivées d'Italie et de la Province, un détachement de cavalerie, et une assez belle escorte de chevaliers romains. Le dépôt général de son armée était Sens, comme Nevers était celui de l'armée proconsulaire. L'objectif de sa marche, fixé par César lui-même, était Lutèce, ville principale du peuple des Parisiens.

Coïncidence singulière : à la même heure, les deux armées romaines menaçaient Lutèce et Gergovie. Celle-ci, plantée sur un rocher dans le massif central des montagnes françaises, capitale effective de la Gaule celtique, et métropole du passé ; celle-là, allongée au fil de l'eau au milieu des marais de la plaine septentrionale, et la métropole de l'avenir.

Mais cette coïncidence n'est point fortuite. De même que Gergovie était le foyer de résistance de la Gaule intérieure, Paris pouvait devenir le point de concentration de la Gaule du Nord.

Via http://www.e-stoire.net/article-camille-jullian-vercingetorix-_-chap-xiv-p-1-2-3-106260436.html