Monday, July 09, 2012

Camille Jullian - Vercingétorix _ Chap. XIII \ p. 8 & 9

Les douze mille hommes des trois légions s'ébranlèrent, au pas de course, du sommet de La Roche-Blanche, gravirent les pentes opposées et arrivèrent au pied du boulevard extérieur avant que Teutomat fût éveillé de sa sieste. Le mur était vide de défenseurs, ce fut un jeu de l'escalader. Les trois camps furent emportés. Teutomat n'eut que le temps de s'enfuir, le torse nu, et sur un cheval blessé. Mais, malgré l'ordre de César, quelques Romains musèrent un peu à piller sous les tentes des chefs gaulois.

Le proconsul s'approchait plus lentement. Il arrivait avec la Xe légion au pied de la montée. Quand il vit les soldats déjà débandés, quand il aperçut de plus près ces 150 pieds de roches aiguës ou glissantes qui portaient les murs de Gergovie, quand il comprit que Vercingétorix et les siens allaient paraître sur les remparts, il s'avoua l'imprudence des ordres qu'il avait donnés, il fit sonner aux trois légions le signal de la retraite, et il arrêta sur-le-champ les enseignes et les hommes de la Xe (au nord et au pied de La Roche-Blanche ?).

Via http://www.e-stoire.net/article-camille-jullian-vercingetorix-_-chap-xiii-p-8-9-105834092.html