Thursday, June 14, 2012

Camille Jullian - Vercingétorix _ Chap. XIII \ p. 5 & 6


Le jour même de son arrivée, Jules César eut à livrer un léger combat de cavalerie, dont il ne nous dit pas quelle fut l'issue. Ce qui prouve qu'il ne tourna pas à son avantage, et ce fut un mauvais présage.

Son camp fut établi le moins mal possible, sur un des mamelons qui bombent les basses terres, entre le lac de Sarlièves et le cours de l'Auzon (sur la colline au nord-est du Petit Orcet). César trouvait là de l'eau, un large espace pour sa cavalerie, il était à une demi-lieue, à vol d'oiseau, des regards des Gaulois, et, s'ils voyaient quelque chose dans son camp, ils le voyaient fort vaguement. Il était enfin maître de la route du Nord, par où les Éduens allaient le ravitailler. Seulement, la position qu'il avait dû choisir était assez médiocre, et se défendit surtout par les retranchements élevés de main d'homme.

via http://www.e-stoire.net/article-camille-jullian-vercingetorix-_-chap-xiii-p-5-6-105159497.html