Thursday, June 14, 2012

Camille Jullian - Vercingétorix _ Chap. XIII \ p. 3 & 4


C'était la reprise des opérations commencées à Génabum, continuées à Avaricum, la suite de la campagne contre les capitales de la révolte. Puisque Vercingétorix se dérobait aux batailles rangées, on l'obligerait tout au moins à la guerre de sièges.

Mais, depuis près d'un mois que Bourges était tombé, les conditions de la guerre étaient devenues moins bonnes pour César. Son armée s'était affaiblie de deux légions, il avait dû laisser à Labienus quelques-unes de ses meilleures troupes. Entre lui et son légat allaient s'interposer le territoire des Éduens et l'hypocrisie publique de leur peuple : qu'un malheur arrivât, et ils le couperaient facilement de Nevers et de Sens, le bloqueraient dans le cul-de-sac de la Basse Auvergne. Enfin, pendant qu'il perdait son temps à Decize, Vercingétorix, laissé maître de ses mouvements, avait réoccupé derrière lui les coteaux bituriges, et maintenant il attendait les Romains sur la rive gauche de l'Allier. Lorsque César déboucha dans la large vallée de la rivière (à l'ouest de Saint-Pierre-le-Moutier ?), il trouva que les ponts avaient été coupés, et il aperçut, campée sur les hauteurs de la rive opposée, l'armée de Vercingétorix.

via http://www.e-stoire.net/article-camille-jullian-vercingetorix-_-chap-xiii-p-3-4-105159179.html