Monday, February 20, 2012

Monnaies de l’Empire Romain AD 268-276

L'Association pour le Développement de l'Archéologie sur Niort et les Environs (ADANE) vous souhaite la bienvenue ! Actualités archéologiques, historiques et patrimoniales en Poitou-Charentes-Vendée et ailleurs.

11 février 2012
Monnaies de l'Empire Romain AD 268-276 /un nouveau site web sur le serveur de la MOM

Reçu via mail :

Monnaies de l'Empire Romain AD 268-276

> Monnaies de l'Empire Romain - Roman Imperial Coinage AD 268-276
> http://www.ric.mom.fr

> Ce site web constitue l'étape préalable à la révision papier du Roman Imperial Coinage V.1, 2e partie. La base de données présentée ici concerne les règnes de 268 à 276 de n. è., soit les règnes de Claude II le Gothique, Quintille, Aurélien, Tacite, Florien, ainsi que le monnayage des princes de Palmyre, Vabalath et Zénobie, émis par l'atelier impérial d'Antioche. La période couvre ainsi une phase importante de la « crise du IIIe siècle » que vit l'Empire romain, des règnes qui en symbolisent le mieux le point le plus critique (Claude II) à ceux qui opèrent la nécessaire reprise en main (Aurélien et ses successeurs). > La documentation rassemblée ici est basée au premier chef sur les 12 principales collections institutionnelles de référence (Paris, Londres, Oxford, Vienne, Copenhague, Milan, Budapest, Munich, Bruxelles, Cambridge, Berlin, New York) qui ont été étudiées et numérisées exhaustivement grâce à l'accord de leurs conservateurs. Qu'ils en soient ici chaleureusement remerciés : sans eux, ce travail n'aurait pu voir le jour. > Ce socle documentaire est largement complété par certaines collections institutionnelles vues plus sommairement (Zagreb, Luxembourg, Trèves) ; des collections privées que leurs propriétaires ont bien voulu mettre à notre disposition ; les trésors monétaires s'ils sont publiés de manière à pouvoir être utilisés ; le matériel des catalogues de vente, des ventes en ligne, etc. > Pour être inclus dans le corpus, tout type monétaire doit avoir été vérifié par autopsie, c'est-à-dire examiné physiquement ou sur photographies. > La base de données compte à l'heure actuelle plus de 4 500 entrées (c'est-à-dire numéros du RIC révisé), basées sur 104 000 monnaies et plus de 80 000 photographies numériques. > Elle est interrogeable par recherche simple, avancée (grâce à 15 champs descriptifs et menus déroulants) et iconographique. > Comme atteindre l'exhaustivité est ardu pour cette période d'inflation et de démultiplication des aliters monétaires, le site permet le retour d'informations additionnelles ou de corrections de la part de la communauté scientifique. > Le projet a été financé par des programmes du CNRS dont Sylviane Estiot est reponsable : PICS (Programme international de coopération scientifique) Nummi et Cimelia, programme ANR (Agence nationale de la recherche) MONetA. > Toute notre gratitude va aux membres de l'équipe qui ont dépensé sans compter leur temps et leur énergie pour voyager et rassembler la documentation avec nous, Marie-Laure Le Brazidec, Vincent Drost, Philippe Gysen and Pierre Zanchi. > > Sylviane Estiot & Jérôme Mairat

> > ____________________________________________________________ > >

Roman Imperial Coinage AD 268-276 > This website forms the preliminary step to the printed revision of the Roman Imperial Coinage V.1, part 2. The database presented here applies to the imperial reigns from AD 268 until 276, that is, the reigns of Claudius Gothicus, Quintillus, Aurelian, Tacitus, and Florianus, as well as the coinage of the princes of Palmyra, Vabalathus and Zenobia, issued by the imperial mint of Antioch. Thus, the period covers an important phase in the '3rd century crisis' encountered by the Roman Empire, from the reign which symbolises its most critical point (Claudius Gothicus) to those which implemented the necessary takeover (Aurelian and his successors). > The documentation assembled here is based chiefly on 12 main institutional collections of reference (Paris, London, Oxford, Vienna, Copenhagen, Milan, Budapest, Munich, Brussels, Cambridge, Berlin, and New York) which have been exhaustively studied and digitized by agreement with their curators. They are hereby warmly thanked, for without them this work could never have been realised. > The database is largely completed by some institutional collections looked at more superficially (Zagreb, Luxembourg, Trier, …); the private collections to which their owners gave us access; the coin hoards, if it is possible to use their publication; the material from sales catalogues, sales online, etc. > In order to be included in the corpus, all coin types must have been checked by direct examination, that is to say, inspected visually or verified by photographs. > The database holds to date more than 4,500 entries (i.e. revised RIC numbers), based on 104,000 coins and more than 80,000 digital photographs. > It is searchable by simple, advanced (through 15 descriptive fields and scroll menus) and iconographic search. > As for this period of inflation and demultiplication in the minting network, it is hard to be exhaustive, we have left open possibilities for feedback and additional information or corrections from the scientific community. > The project has been financed by programmes of the Centre national de la recherche scientifique (CNRS), for which Sylviane Estiot is responsible, PICS (Programme international de coopération scientifique) Nummi et Cimelia, ANR (Agence nationale de la recherche) programme MONetA. We would like to thank warmly the members of the équipe who spent so much time and energy in travelling with us to gather the documentation, Marie-Laure Le Brazidec, Vincent Drost, Philippe Gysen and Pierre Zanchi. >

> Sylviane Estiot & Jérôme Mairat