Saturday, February 04, 2012

Les mines de Doura Europos, et l’énigme des romains morts…

Au milieu du IIIème siècle, l'empire romain est en pleine anarchie militaire. Les empereurs succèdent aux empereurs et les guerres civiles aux affrontements fratricides. C'est dans ce contexte troublé que les perses conduits par Shapur I décident d'envahir la riche province de Syrie.

Le premier obstacle sur leur chemin est la ville fortifiée de Doura Europos, au bord de l'Euphrate, à la limite de l'actuelle Syrie et de l'Irak. Cette ville commerciale fondée par les grecs séleucides était occupée par une cohorte auxiliaire de cavalarie palmyrénienne  (XX palmyrorum) et très certainement un détachement légionnaire. L'attaque aura lieu en 256/257 et se soldera par la prise de la ville.

Durant le siège, les assaillants vont utiliser la plupart des techniques à leur disposition : une rampe sera construite, toujours visible de nos jours, et de nombreuses mines auront pour objet de saper les remparts, qui résisteront toujours peu ou prou. L'une de ces attaques de sape fait toujours l'objet d'une vive controverse…

Les Perses entreprennent de saper les fondations d'une des tours, en construisant une galerie sous celle-ci. L'objectif est comme toujours de mettre le feu aux étais supportant le toit de la mine pour provoquer un tassement de terrain qui doit mettre la tour à bas. Alertés soit par le bruit soit par les déblais extraits du sol, les romains réalisent une contremine, qui finira par déboucher dans la galerie perse. Pour autant, les perses réussissent à mettre le feu à leur sape, mais en ne faisant qu'endommager la tour qui s'affaisse légèrement.

Plus à Les mines de Doura Europos, et l'énigme des romains morts…

http://www.armae.com/blog/les-mines-de-doura-europos-et-lenigme-des-romains-morts.html