Sunday, February 19, 2012

Camille Jullian - Vercingétorix _ Chap. VIII \ p. 4

Chapitre VIII - Vercingétorix, chef de clan.

 

4. La puissance d'un chef ; ceux qui dépendaient de lui.

 

Arrivé à l'âge de porter les armes, le jeune noble paraissait à côté de son père à la tête du clan qu'il devait hériter plus tard. On a vu que Vercingétorix reçut, n'étant encore qu'un enfant, l'héritage de Celtill ; il eut maison et clientèle à l'âge où beaucoup de Gaulois n'étaient que les premiers serviteurs de leur père : peut-être prit-il plus tôt que d'autres l'habitude de commander à des hommes et de faire valoir sa puissance.

La puissance d'un chef de clan consistait en terres, en or et en hommes.

Comme terres, les chefs de l'Auvergne avaient les plus fertiles de la Gaule : de la plaine de la Limagne et des prairies du Cantal venaient les blés, les flots de lait, les masses de fromage, les troupeaux de bétail dont les nobles réjouissaient la foule de leurs convives les jours des festins solennels, — En or et en argent, ils possédaient les revenus des mines voisines ou les héritages de Luern et de Bituit, ces rois qui se faisaient démagogues en versant de l'or du haut de leurs chars. Et il fallait aux chefs beaucoup d'or pour la solde et l'entretien de leurs hommes. — Car, comme la vie des puissants se passait surtout à combattre et à commander, c'était la richesse en hommes qui faisait la force d'un clan.

Je désigne par ce mot de clan, faute d'un nom meilleur, l'ensemble de choses et de personnes qui dépendaient d'un seigneur gaulois. Il renfermait des groupes d'origine fort diverse. — Les esclaves et les affranchis de la famille du chef étaient la catégorie la moins nombreuse ; il y avait en Gaule des formes si variées de la dépendance qu'il n'était point besoin de recourir à l'esclavage pour se fournir de serviteurs. Peut-être est-ce dans cette première classe que le maître choisissait les nombreux employés chargés d'assurer le train de sa maison, de percevoir ses droits et ses revenus. — Au-dessus des esclaves, à peine plus considérés qu'eux, était toute une plèbe d'hommes libres, débris des vieilles populations vaincues par la noblesse gauloise, ou bien épaves d'une société troublée, victimes d'un continuel droit du poing, traînards de tribus sans cesse en mouvement, tous attachés à la personne du chef par des liens d'intérêt et de crainte aussi tenaces que la tare servile. Parmi eux étaient les débiteurs du maître, ouvriers ou laboureurs, qui avaient hypothéqué leur champ, leur travail ou leur personne pour quelques poignées d'or ou quelques arpents de terres. — Plus haut, se tenaient les clients de condition meilleure, étroitement unis au seigneur leur patron par un serment de fidélité, famille morale qui complétait autour de lui la famille du sang, et qui ne devait point s'éloigner de ses côtés même au milieu des pires dangers. — Toutes ces sortes de subordonnés se rencontrent partout dans le monde antique : en voici deux qui paraissaient particulières à la Gaule et aux Barbares de l'Occident. Un chef de clan avait à sa solde un certain nombre d'hommes libres, qui lui servaient d'écuyers et de gardes : cavaliers pour la plupart, étrangers ou non, ils étaient armés, nourris et payés par lui, ils lui formaient une escorte guerrière, analogue à cette cavalerie domestique qu'entretint plus tard l'aristocratie du Bas Empire. Enfin, à côté de la garde militaire, ce qu'on pourrait appeler la cour intellectuelle : le noble n'allait pas sans ses parasites, convives officieux qui égayaient sa table, sans ses bardes surtout, les chantres nécessaires aux heures de repas et à la solennité des cortèges.

Plus à Camille Jullian - Vercingétorix _ Chap. VIII p. 4 - Le blog de LUTECE

http://www.e-stoire.net/m/article-99033437.html