Wednesday, February 08, 2012

Camille Jullian - Vercingétorix _ Chap. VII \ p. 1, 2 & 3

Vercingétorix

Chapitre VII - Le nom de Vercingétorix.

 

1. Ce n'est pas un nom de fonction, mais de personne.

 Vercingétorix avait alors moins de trente ans. Il était né, croyait-on, à Gergovie, la principale ville des Arvernes.

Il n'y a pas longtemps encore, on regardait ce nom de Vercingétorix, non pas comme le nom propre et personnel du fils de Celtill, mais comme le titre de la magistrature suprême qu'il avait revêtue à la tête de la Gaule soulevée. Le chef arverne avait été le vercingétorix, c'est-à-dire (c'est ainsi qu'on traduisait ce mot) le généralissime ou le dictateur fédéral : César, qui ne savait pas le gaulois, a pris le nom de la fonction pour celui du chef. Dans les livres de lecture historique les plus populaires au temps où régnait le romantisme, la chose était présentée de cette manière, et l'on faisait ainsi du vaincu d'Alésia le champion anonyme et mystérieux de la liberté gauloise : l'homme s'effaçait et disparaissait derrière le héros symbolique. Michelet avait couramment écrit le vercingétorix dans son Histoire romaine et dans son Histoire de France, Amédée Thierry, dont les jugements eurent longtemps force de loi, avait lui-même accepté celte doctrine ; et si, dans son Histoire des Gaulois, il fait de Vercingétorix le nom du célèbre guerrier, c'est, dit-il, pour rendre la narration plus vivante, et parce qu'il est fastidieux de raconter en détail l'histoire d'un héros sans nom. En quoi Thierry avait tort, car l'historien ne doit pas ruser avec la vérité pour écrire un récit plus agréable, mais le présenter avec le plus grand degré de vraisemblance qu'il peut atteindre.

Ce qui donnait une apparence de raison à cette théorie sur le nom de Vercingétorix, c'est qu'il semble signifier en gaulois précisément chef supérieur ou quelque chose d'approchant. Rix, c'est, comme le latin rex ou l'irlandais ri, le mot roi : ver est un préfixe qui renferme l'idée de grandeur ou de prééminence ; cinget, enfin, signifierait celui ou ceux qui marchent, les guerriers, comme l'irlandais cing veut dire combattant. Vercingétorix deviendrait par là le grand roi des braves ou le roi très fort, et on a même dit le grand chef des cent têtes, comme Gingétorix (nous avons parlé de ce chef trévire) serait un simple roi des guerriers.

Plus à Camille Jullian - Vercingétorix _ Chap. VII p. 1, 2 & 3 - Le blog de LUTECE

http://www.e-stoire.net/article-camille-jullian-vercingetorix-_-chap-vii-p-1-2-3-98460597.html