Monday, January 09, 2012

Galette des rois : une folle célébration d'origine païenne

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/228460-galette-des-rois-une-folle-celebration-d-origine-paienne.html

> Par Caroline Guillot Chroniqueuse d'Histoire

Edité par Gaëlle-Marie Zimmermann   Auteur parrainé par Aude Baron

À moins d'avoir lu Victor Hugo, il est peu probable que vous connaissiez cette fête. Et pourtant ! Quelle bringue !

 

Les origines

 Vous le savez déjà, la France n'est pas née chrétienne. Nous avions sous l'Empire Romain des croyances et des pratiques bien différentes. Voici donc un mini rappel mythologique.

 Saturne, Dieu du temps, avait pour habitude de manger ses enfants mâles (on n'entre pas dans les détails, cherchez si vous voulez savoir pourquoi). Cybèle, son épouse, usa de malice pour sauver sa progéniture et remplaça son dernier né par des pierres. Saturne, en gros morfal, n'y vit de du feu et c'est ainsi que Jupiter fut sauvé.

 Jupiter, devenu grand, beau et fort, entra en guerre contre son père, le détrôna et l'envoya en simple mortel sur Terre. Saturne choisit l'Italie pour poser ses guêtres (pas dégueu comme choix) et créa l'Âge d'Or avec Janus (Dieu du commencement, un pote). La classe, hein ?

 Pour les ignares, il s'agit d'une période où tous les hommes étaient égaux, libres, sans possession et sans hiérarchie. Yoko n'était en rien la muse de Lennon, c'est Saturne qui lui a inspiré les paroles de la chanson "Imagine".

 C'est pour commémorer ce règne que les Romains célébraient ce qu'on appelait les Saturnales. Les rôles étaient inversés : les esclaves s'attablaient avec leur maître et pouvaient même donner des ordres.

 

L'arrivée du Christianisme

 Ce n'est pas chose aisée de changer les croyances d'un peuple, et pour mieux faire passer le Schmilblick auprès du peuple, il est conseillé  d'intégrer d'anciennes pratiques aux nouvelles. C'est ainsi que les Saturnales devinrent La Fête des Fous. Tout était inversé, surtout dans l'Église.

 Voici comment cela pouvait se passer…

Il est important de préciser que cette fête n'était pas des plus officielles dans l'Église. Les paroisses décidaient de la célébrer ou non, chacune d'elles ayant des particularités. Il pouvait y avoir des variantes comme la Fête de l'Âne, où la brave bête, portant une jolie vierge sur le dos, entrait dans l'église pendant l'office.

 Mais il existe encore aujourd'hui quelques restes des Saturnales

 

La galette des rois

 Et bien oui ! Pour ceux qui vont se régaler dimanche, sachez que vous serez en plein rituel païen !

 Du temps des Saturnales, il était possible d'élire un Roi des Esclaves qui avait les pleins pouvoirs pendant toute une journée. Pour ce faire, on mettait un haricot sec dans un gâteau et celui qui l'avait était l'élu. Pas sûr d'ailleurs que cet élu fut pleinement heureux, puisqu'il n'était pas rare que le maître se venge le lendemain et fasse zigouiller l'esclave irrespectueux.

 Comme pour la Fête des Fous, cet usage a été conservé lors du passage au christianisme. On y a ajouté une pincée de Rois Mages et un soupçon d'Épiphanie pour en faire le Jour des Rois et sa fameuse galette.

Une part appelée "de la Vierge" était mise de côté, et donnée au premier mendiant venant la demander. À la table du Roi, il était possible à celui qui tombait sur la fève de demander à sa Majesté d'exaucer un vœu.

 Ce fut Louis XIV qui mit fin à ces privilèges (on ne demande pas une faveur au Roi Soleil), pour ne garder que la coutume.