Saturday, January 28, 2012

Camille Jullian - Vercingétorix _ Chap. VI \ p. 1, 2 & 3

Le blog de LUTECE
http://www.e-stoire.net/article-camille-jullian-vercingetorix-_-chap-vi-p-1-2-3-97840495.html

Chapitre VI - Vercingétorix, ami de César.

1. L'aristocratie lutte contre le parti national.

 Le parti national des chefs populaires avait deux principaux ennemis : au dedans de la Gaule, les sénats locaux, désireux de garder l'autorité publique ; au delà des frontières. César, qui préparait ses légions.

Quand il quitta l'Italie, il trouva sa besogne à moitié faite par les sénateurs gaulois. Grâce à leur vigilance, le triumvirat royal d'Orgétorix, Dumnorix, Castic ne put se constituer. Les chefs helvètes, avertis à temps, se débarrassèrent d'Orgétorix, soit en le tuant eux-mêmes, soit en l'invitant au suicide. Dumnorix fut étroitement surveillé par le vergobret en charge et par son frère Diviciac, revenu de Rome. Le séquane Castic disparaît de l'histoire. Une fois de plus l'aristocratie déclara qu'elle avait sauvé les libertés de son pays, ce qui voulait dire qu'elle avait assuré à nouveau sa propre domination. En Gaule comme en Grèce, elle empêchait âprement les peuples de se rapprocher, les vastes patries de naître. L'étranger était le favori de son égoïsme conservateur. Les Éduens avaient, en la personne de Diviciac, à la fois leur Antalcidas et leur Polybe.

Mais le péril était encore très grand pour les patriciens gaulois. Derrière les forêts des Vosges, Arioviste amassait de nouvelles espérances. À Bibracte même, Dumnorix ne renonçait à aucun de ses projets ; c'était un homme d'une ambition tenace, d'un esprit retors, d'un caractère souple, qui savait vouloir, attendre et se taire. Enfin, les Helvètes n'abandonnèrent point leur résolution de s'établir dans l'Ouest : leurs préparatifs étaient achevés, leur migration commença (début de 58). Dumnorix avait conservé d'excellentes relations et des attaches de famille chez les Séquanes, les Bituriges et d'autres peuples ; il demeurait l'ami des Helvètes, il avait parmi eux ses beaux-frères, les fils d'Orgétorix, auxquels la nation avait laissé leur rang ; le chef éduen se tint prêt à accueillir les émigrés, en dépit de son sénat, et comme auxiliaires à ses entreprises sur la Gaule.

 

2. Arrivée, projets politiques et auxiliaires de César.

C'est alors que César apparut sur le Rhône, qui, de Lyon à Genève, formait la frontière de la province romaine et de la Gaule indépendante. Il venait, lui aussi, pour conquérir cette Gaule. Mais il voulait cette conquête à la fois plus nettement et moins ouvertement que Dumnorix et qu'Arioviste.

Jamais proconsul de Rome ne sut plus exactement, dès le jour de son entrée en charge, jusqu'où il souhaitait aller. L'ambition de César, en Gaule et ailleurs, eut en même temps un caractère scientifique et une allure impériale, elle fut précise et prestigieuse. Il commença par marquer nettement les frontières du pays qu'il avait à conquérir : les Pyrénées, le Rhin et l'Océan. Avant d'écrire ses Commentaires, comme avant de commencer ses campagnes, il traça les limites géographiques qu'il assignait à la Gaule, et il n'est pas bien sûr qu'il n'ait pas été lui-même l'inventeur heureux de ces limites : si le Rhin, depuis tant de siècles, passe pour être la fin de la Gaule, n'est-ce pas surtout parce que César a dit qu'il l'était, et a voulu qu'il le fût ? Et ayant ainsi dessiné ce pays, depuis les monts du Sud jusqu'au grand fleuve, il a arrêté qu'il serait son empire.

Mais s'il le savait, il ne le disait pas. Il eut l'air de venir en Gaule malgré lui. Il se fit appeler, désirer, caresser des sénateurs gaulois. Chacune de ses campagnes militaires fut précédée d'une campagne diplomatique, qui prépara et justifia l'autre. Pendant l'hiver, les amis gaulois de César parlaient et négociaient ; puis, au printemps, comme s'il ne faisait que marcher sur l'invitation d'un conseil d'alliés, César se mettait en route. Il se proposait à peine, il ne s'imposait jamais. Il trouva toujours des prétextes autres que son ambition : pour intervenir, le sénatus-consulte qui ordonnait de protéger les Éduens ; pour combattre, l'appel des Éduens menacés par les Helvètes ; pour rester, la protestation de l'assemblée des Gaules contre la tyrannie d'Arioviste. Il y eut, pour tromper la galerie des auxiliaires et empêcher les imprudences de la soldatesque, d'étonnantes mises en scène : poignées de mains entre Romains et Barbares, cortèges fraternels d'amis des deux nations, allées et venues incessantes entre un conseil gaulois et le camp de César. Une façade celtique dissimulait l'œuvre latine.

Quelques Gaulois, sans doute, s'y laissèrent prendre. D'autres ne demandèrent pas mieux que de se faire tromper. Les Éduens regardèrent César et ses légions comme un appui inespéré : grâce aux nouveaux venus, ils rêvèrent d'établir enfin, après les Arvernes et les Séquanes, leur principat sur la Gaule entière. Les aristocraties pourront, de leur côté, César étant là, se délivrer pour longtemps des aspirants à la tyrannie, qui sont autant de gêneurs pour la politique romaine. Aussi, dès qu'il pénètre en Gaule, il a près de lui des chefs séquanes et d'autres, les patriciens et le vergobret même des Éduens, et la cavalerie presque entière de ce dernier peuple : comme Dumnorix la commande, le général, averti, fait mettre des gardes à ce dangereux personnage. Si les Éduens sont les auxiliaires du proconsul, il est regardé par eux et d'autres Gaulois comme un auxiliaire supérieur, tels qu'avaient été d'abord Arioviste ou Orgétorix. César et l'aristocratie celtique unissaient leurs ambitions, en attendant de se duper l'un l'autre.

 

3. La Gaule soumise à César.

Au début, les deux alliés parurent tirer un égal profit des opérations militaires.

La défaite des Helvètes compléta la ruine du parti national. Dumnorix demeura en otage entre les mains de César ; des délégués de toute la Gaule vinrent complimenter le vainqueur, et, avec son assentiment, se formèrent en assemblée générale ; il fut reconnu comme un bienfaiteur par l'aristocratie. — Puis, au delà des Helvètes, il alla chercher Arioviste et le rejeta sur la rive droite du Rhin. Ce que faisant, il délivra les Séquanes d'une grande honte, les Éduens d'un grand péril. — Enfin, il continua à servir les intérêts du peuple de Diviciac : après l'expulsion des Germains, l'autorité des Éduens devint grande partout, et ils se crurent les premiers de la Gaule.

Ils l'étaient en effet, mais après Jules César et grâce à lui.

César s'était d'abord attaché la Gaule par la reconnaissance. Ces deux campagnes contre les Helvètes et les Germains avaient eu lieu la première année de la présence effective des Romains au delà du Rhône (58), et dès lors César avait trouvé et appliqué les bienheureuses formules qui, jusqu'à la fin de l'empire, serviront à définir l'œuvre gauloise du peuple-roi. Les Helvètes renvoyés chez eux et maintenus sur la rive citérieure du Rhin : c'est l'indice que les va-et-vient des tribus à l'intérieur, si contraires à la stabilité politique, vont prendre fin, et que les nations celtiques doivent désormais vivre et travailler chez elles, en acceptant et en gardant leurs frontières. Les Suèves d'Arioviste rejetés sur la rive ultérieure : c'est la Gaule interdite aux migrations lointaines, protégée par Rome et la protégeant à son tour contre un retour offensif de Cimbres et de Teutons. Comme ce double résultat profitait aux Celtes plus encore qu'à l'Italie, les amis gaulois de César pouvaient, sans lâcheté, célébrer son œuvre dans les assemblées de leurs nations.

L'admiration les menait sans doute aussi à César. Vraiment, le nouveau proconsul de la Province était le chef le plus glorieux que Rome eût encore envoyé sur les bords du Rhône. Quelle différence d'avec ces misérables concussionnaires qui l'avaient précédé ! Il rappelait son oncle Marins, qui avait vengé à Aix, sur les Teutons, l'humiliation de la Gaule entière. Encore Marius avait-il mis trois ans avant d'en finir avec les Barbares : en un semestre, deux batailles, César avait brisé à la fois Helvètes et Germains. Il s'était montré dans ces affaires un chef prodigieux : beau parleur, il avait accablé Arioviste et Divico l'Helvète sous le poids de ses arguments ; bon soldat, il avait commandé lui-même l'aile qui avait décidé de la principale victoire ; dans sa marche vers le Rhin, il n'avait eu peur ni de la fatigue de sept longues étapes, ni de ses soldats qui murmuraient, ni des mystères des forêts qu'il dut traverser. Il avait le geste imperturbable du héros qui marche d'accord avec les dieux.

C'étaient les dieux, pouvait-on dire encore, qui lui donnaient la Gaule. La défaite d' Arioviste, habilement exploitée par le proconsul, ressemblait à une décision des puissances souveraines. Le chef germain avait dit, avant le combat, que la Gaule lui appartenait par droit de conquête ; et César avait répondu la même chose, en rappelant la victoire du sénat sur Bituit. Puis la bataille avait eu lieu, non par surprise, mais offerte par César, imposée enfin par lui à son adversaire, engagée solennellement, dans une vaste plaine, ainsi qu'en un champ clos où le ciel est pris comme témoin et comme arbitre. Et le ciel jugeait moins sur la liberté de la Gaule que sur le nom de ses maîtres. Les dieux se prononcèrent en faveur de César.

Le hasard des lieux achevait de favoriser le proconsul. Ses deux campagnes l'avaient obligé de traverser le pays des Éduens et celui des Séquanes, il commandait à Bibracte et à Besançon ; et ces deux peuples, étant les chefs des deux grands partis gaulois, mettaient presque toute la Gaule dans la foi de César.

Il en résulta qu'après la fuite d'Arioviste, dans l'automne de 58, César était maître de la Gaule celtique sans l'avoir combattue.

Cette suzeraineté fut-elle, non pas simulée et implicite, mais acceptée et formulée ? Y eut-il un acte précis par lequel les peuples principaux de la Gaule reconnurent la majesté du nom romain ? Éduens, Séquanes et Arvernes prononcèrent-ils devant César des paroles définitives, comme celles par lesquelles les Rèmes s'engagèrent l'année suivante ? Ils se confiaient, eux et tous leurs biens, à la foi et au pouvoir du peuple romain ; ils étaient prêts à livrer à César des otages, à exécuter ses mandats, à lui ouvrir leurs villes fortes, à l'assister de convois de grains ou autrement. Rien ne prouve que ces déclarations aient été faites en 58 : mais César fit, dès cette première année, comme s'il les avait entendues. Cette Gaule, qui était la plus inquiète des nations, qui avait un si long passé d'indépendance et de gloire, qui était alors, l'Égypte exceptée, la chose la plus vivante du monde. César, sans rien dire, lui confisqua la liberté. Ce fut, dans la vie du proconsul, un nouveau miracle d'audace heureuse et tranquille.

 À suivre…