Tuesday, December 06, 2011

Histoire de la Saône et Loire aux IVe/VIe siècles

http://www.e-stoire.net/article-histoire-de-la-saone-et-loire-aux-ive-vie-siecles-89292787.html

Au IVème siècle le christianisme se propagea très rapidement, mouvement illustré par Saint Bénigne à Dijon, Saint Marcel à Chalon, Saint Valérien à Tournus et Saint Symphorien à Autun. Les premiers sièges épiscopaux sont fondés à Autun, Chalon, Besançon, ils influenceront plus tard l’organisation territoriale et féodale. Dans le même temps les incursions Germaniques (Alains, Alamans, Burgondes, Francs, …) se multiplient. Rome installent alors les Burgondes dans la région de Mayence/Genève, avec pour mission de défendre la région, ainsi que les routes qui mènent en Italie.

En 451 ils participent au côté d’Aétius à la défaite des Huns aux Champs Catalauniques (en Champagne). En se repliant les Huns dévastent la plus grande partie de la future Saône-et-Loire et du Juras (Autun, Macon et Besançon), filant ensuite vers l’Europe de l’est.


Six ans plus tard, en 457, les Gaulois se révoltent contre les Romains, faisant allégeance aux rois burgondes Gondioc et Chilpéric : Chalon, Autun, Dijon mais aussi Grenoble appartiennent aux burgondes. En 476 Chilpéric meurt, en même temps que l’empire Romain s’écroule, et le royaume Burgonde est partagé entre Gondebaud et Godégisel à qui revient la partie nord avec Chalon. Grâce à leur mariage avec des princesses Franques catholiques ils peuvent s’appuyer sur le clergé. En 493 Clovis, roi des Francs, épouse Clotilde, nièce des deux frères. En 500 Godégisel trahit son frère et entre en guerre contre lui avec le soutien de Clovis. Il est finalement vaincu par Gondebaud et massacré ainsi que toute sa famille à l’exception de sa plus jeune fille Guntheuca. Gondebaud devint roi de toute la Burgondie et promulgue un code de lois, loi Gombette, qui fixe les règles principales du royaume :

_ Respect des ecclésiastiques et de leurs propriétés

_ Pratique de l’hospitalité (feu et couvert pour les voyageurs)

_ Libre usage ses bois morts à ceux qui n’en n’ont pas de propre

_ Hérédité des terres données par le roi, ce qui amènera à la féodalité.

_ Instauration du jugement de Dieu par le duel (il durera 1000 ans)

Sous son règne la fusion et l’unité des Gaulois et des Burgondes se réalisent autour d’un roi apprécié et par des mariages entre les peuples. Gondebaud institue l’ancien royaume de Godégisel à son fils Sigismond et le fait acclamer sur le pavois. La même année, avec l’autorisation de son père, Sigismond se convertit au catholicisme, baptisé par Avit, évêque de Vienne, il est le deuxième grand prince barbare de Gaule à se convertir.

En 507 Sigismond, qui règne notamment sur ce qui deviendra la Saône-et-Loire, s’allie avec son cousin par alliance, Clovis, roi des Francs, afin de lutter contre les Ostrogoths et les Wisigoths, officiellement afin de détruire l’arianisme, en réalité afin de s’étendre en Provence pour les Burgondes et au sud de la Loire pour les Francs. La coalition s’impose à la bataille de Vouillé qui voit la déroute des Wisigoths ; les deux rois sont rejoints par Gondebaud, père de Sigismond. Au retour ils assiègent Arles qui ne tombe pas et Théodoric, roi des Ostrogoths, reprend l’offensive, délivre Arles, annexe la Provence et remonte jusqu’à Valence s’emparant de tout le sud du royaume Burgonde. En 510 Gondebaud reprend Vivier et Avignon. En 511 Sigismond fait bâtir le monastère de Saint Maurice à Agaune (Suisse). En 516 Gondebaud meurt laissant Sigismond seul souverain.

Il occupe alors une place de choix dans l’aristocratie de l’époque : gendre du roi des ostrogoths Théodoric, cousin de Clothilde reine des Francs. Il est de plus soutenu par les évêques locaux : Avit à Vienne, Maxime à Genève. Ses deux enfants Suavegotta et Sigéric, sont baptisés et Suavegotta épouse Thierry, fils de Clovis, régnant sur la future Austrasie (nord est du royaume). Enfin a lieu un dernier mariage qui supposé renforcer l’alliance entre Francs et Burgondes finit en réalité par la détruire : Clodomir, fils de Clovis et Clotilde épouse Guntheuca, fille de Godégisel, cousine germaine de Sigismond dont les parents tueront ceux de Guntheuca. Celle-ci va persuader Clodomir de les venger. En 522 Sigismond soupçonnant, à l’instigation de sa femme, son fils Sigéric de vouloir le détrôner le fait assassiner. Comprenant son erreur, mais trop tard, il se réfugie au monastère d’Agaune. Sous prétexte de venger son cousin, Clodomir, roi des Francs d’Orléans, se jette sur le royaume burgonde en 523.

Sigismond et son frère Godomar vaincus s’enfuient, le premier à Agaune, le second dans les Alpes. Sigismond décide d’entrer dans les ordres, mais trahi il est exécuté avec toute sa famille. Guntheuca réalise sa vengeance. Cependant Godomar succède à son frère et allié aux Ostrogoths reprend le terrain perdu face aux Francs. En 524 Clodomir est tué à Vezerone (Isère). Son frère Clotaire épouse sa veuve et récupère son héritage. Dans le même temps les Ostrogoths de Théodoric envahissent le sud du royaume de Burgondie. Godomar convoque une grande assemblée du peuple Burgonde pour décider des actions à mener. Clotaire et Childebert réattaquent la Burgondie (534) et assiègent Autun où Godomar est enfermé. Celui-ci réussi à s’enfuir, les Francs prennent la ville et retournent chez eux. En 534, accompagnés de Théodebert roi d’Austrasie et de leurs neveux ils repartent à l’assaut. Les Burgondes sont vaincus ; Godomar, déposé mais vivant, est libre jusqu’à sa mort. C’est la fin du royaume de Burgondie. Les Francs établissent leur dynastie et leur autorité.

L’époque Mérovingienne commence. Le nord de la Burgondie appartient alors à Thibertd’Austrasie, fis de Thierry (Langes, Besançon, Autun, Châlon, Nevers), le centre à Childebert (Mâcon, Genève, Lyon, Vienne) et le sud à Clotaire (Grenoble, Die, Valence). Puis, suite à la disparition de Thibert et Childebert, Clotaire devient roi d’un territoire qui comprend désormais une bonne partie de ce que fut la Burgondie. 


Par Lutece