Tuesday, December 13, 2011

Camille Jullian - Vercingétorix _ Chap III \ p. 1 & 2

http://www.e-stoire.net/article-camille-jullian-vercingetorix-_-chap-iii-p-1-2-91334107.html

Chapitre III - Le peuple arverne

1. Persistance des anciennes races en Auvergne

 Ces contrastes qu'offraient la nature et la divinité se retrouvaient chez les hommes. Les Arvernes avaient des aptitudes fort diverses, et aucune nation, gauloise ou française, n'a fait plus longtemps hésiter sur son véritable tempérament, produit tout à la fois de durs rochers et de plaines sans rides. Il est possible cependant d'arriver à le définir.

Pays de montagnes et à l'écart des grandes routes, l'Auvergne des plateaux est peu attirante pour les étrangers. La population ne s'en renouvelle pas ; les invasions la pénètrent sans la traverser : les hordes de l'alaman Chrocus, les bandes du franc Thierry y débordèrent pour tout dévaster, puis se sont repliées en emportant leur butin. Elle n'est pas sillonnée de ces voies naturelles le long desquelles se déposent incessamment des alluvions de peuples. On a fait le relevé de tous les habitants de l'Auvergne qui nous sont connus à l'époque barbare : il n'y en a pas un qui soit à coup sûr d'origine germanique. Les Romains ont planté des colonies au pied du plateau, à Vienne, à Orange, à Arles, à Nîmes ; ils ont disséminé des vétérans sur les chemins des frontières du Nord-Est, depuis Lyon jusqu'à Trêves : l'Auvergne n'a reçu que les soldats malades en traitement à Vichy ou les négociants dévots au dieu du Puy de Dôme. Elle est, pour les gens du dehors, un pays non de séjour, mais de villégiature. J'excepte, bien entendu, les plus beaux recoins de la Limagne.


En revanche, elle garde, retient et attache les populations qui s'y sont établies pour faire souche de peuples. Elles y poussent vite des racines solides et profondes, semblables à ces pêchers et à ces cerisiers qui, étrangers à l'Auvergne, sont maintenant si heureux d'y produire. Les races, dit-on, s'y conservent avec leurs premiers caractères : leurs attributs physiques ne s'y usent pas, comme dans la plaine, par des croisements incessants. Les plus vieilles populations de la Gaule, les Ligures et les Celtes, s'y retrouvent (à ce qu'on suppose), à peine changées de ce qu'elles étaient il y a vingt siècles. Assurément, les anthropologues n'ont pas toujours été d'accord sur le nom qu'il faut leur donner : pour les uns, ce sont des Ligures que ces brachycéphales au type de Saint-Nectaire, petits, bruns, velus, lourds, robustes, et l'on sait que ce type domine dans toute la montagne, c'est-à-diredans presque toute l'Auvergne ; pour les autres, les Celtes apparaîtraient en Limagne, dans ces dynasties de cultivateurs au type dolichocéphale, à la peau blanche, aux cheveux blonds, à la haute stature ; d'autres encore proposent, à propos de ces deux races, des noms différents. Mais tous paraissent d'accord pour dire que c'est là qu'habitent les représentants les plus purs des hommes de Gergovie, c'est-à-dire les héritiers les plus authentiques des compagnons de Vercingétorix, fantassins ligures ou cavaliers celtes. En Auvergne comme en Bretagne, des races archaïques se sont cramponnées au sol de granit.

 

2. Qualités nationales des Arvernes : courage, patriotisme local, esprit de résistance

 

Les monts, les ravins et les tempêtes les ont endurcis à la marche, à la fatigue et au courage. Les Arvernes étaient parmi les plus intrépides de tous les Gaulois. Ce fut un superbe type de bravoure que cet Ecdicius qui, avec dix-huit cavaliers, attaque et surprend des milliers de Goths, les disloque dans la plaine, les enferme dans la montagne, ne se trompe jamais et surprend toujours. Car on dirait que la vaillance des Arvernes est rarement aveugle ou désordonnée : elle est précise, réfléchie, lucide. Vercingétorix ressemblera à Ecdicius. C'est que, dans ces régions, il ne suffit pas de ne point craindre, il faut aussi se méfier toujours : l'hiver, la rafale de neige est subite, le jour écourté et nébuleux, les routes sont glissantes de verglas ou pourries d'eau, et des pentes traîtresses longent les forêts pleines d'erreurs. Il est bon d'unir la présence d'esprit à la fermeté du jarret.

Ce rapport périodique avec la montagne prédisposait les Arvernes à un patriotisme plus sérieux et plus profond : patriotisme étroit des cités primitives et des tribus fermées, sans nul doute, semblable à leurs dieux dont l'horizon bornait la puissance ou dont une source limitait l'action, mais enfin sentiment d'amour pour la terre qu'on possède avec joie, pour le sol où l'on voit tracés les sentiers de la famille et du clan. Enserrés dans des vallées ou solidaires d'un même sommet, les Arvernes connaissaient mieux que d'autres peuples les frontières de leur demeure ; se sentant et se retrouvant davantage dans le pays de leurs pères, ils l'aimaient avec plus de force et de courage. Ecdicius et Vercingétorix ont été de bons patriotes : j'emploie le mot comme on l'employait au XVe siècle, pour désigner les citoyens unis des villes bourgeoises, les gardiens jaloux du chez soi municipal. Mais nous verrons que Vercingétorix connut aussi une forme plus large du patriotisme.

En Auvergne, le citoyen et le pays se rendaient, en temps de guerre, des services réciproques. Si celui-là défend sa patrie, celle-ci le protège admirablement. Fallait-il abriter contre un assaut des armées ou une nation entière : on avait par exemple cette roche de Saint-Flour, une des rares cités vierges de France, ou encore cette terrasse trapue de Gergovie, dressée sur la plaine, nivelée en esplanade, aux flancs creusés comme des ravines ou droits comme des falaises. S'agissait-il de cacher longtemps des poignées d'hommes : il s'offrait partout, dans les Dômes ou le Cantal, de ces rocs massifs et escarpés, tels que ceux de Chastel-Marlhac, au sommet desquels la nature a ménagé des prairies et des sources, et où des cohortes peuvent, durant plus d'une saison, résister sans craindre la faim ni la soif. Enfin les cavernes étaient les dernières ressources des fugitifs, des bandes qui se dispersent pour se reformer aussitôt, de même que les gorges voisines étaient toutes faites pour favoriser les embuscades où les vaincus prennent une première revanche. L'Auvergne est le refuge des temps d'invasion, le réduit des défenses suprêmes, le camp retranché des désespérés.

 À suivre…

Par Lutece - Publié dans : Livres/Romans - Communauté : L'HISTOIRE DE FRANCE