Sunday, November 27, 2011

Le Mur des Lamentations n'a pas été construit par Hérode

Le Mur des Lamentations n'a pas été construit par Hérode
http://www.lefigaro.fr/culture/2011/11/23/03004-20111123ARTFIG00667-le-mur-des-lamentations-n-a-pas-ete-construit-par-herode.php

Le Mur des Lamentations n’a pas été construit par Hérode Mots clés : Jérusalem, Mur des Lamentations, ISRAËL, Hérode Par Laura Raim Mis à jour le 23/11/2011 à 20:39 | publié le 23/11/2011 à 19:04  Réactions ()

Crédit Chris Junker/Flickr Des découvertes archéologiques révèlent que la construction du mur occidental du Second Temple à Jérusalem a été achevée bien après la mort du célèbre roi de Judée.

Il va falloir revoir le chapitre «Mur des Lamentations » des guides touristiques d’Israël, car les origines de sa construction ne seraient pas celles que l’on croyait. Jusqu’à présent, il était admis que le site -le Mont du Temple pour les Juifs, l’Esplanade des mosquées pour les musulmans- avait été entièrement construit par Hérode, roi des Juifs.

Placé sur le trône par les Romains, Hérode règne sur la Judée de 37 avant Jésus-Christ jusqu’à sa mort, en 4 avant Jésus-Christ. Dans la tradition chrétienne, Hérode est avant tout connu pour avoir tenté de tuer l’enfant Jésus en ordonnant la mise à mort de tous les enfants de Bethlehem âgés de moins de deux ans. Grand bâtisseur, il se lance dans de grands travaux en recourant aux techniques romaines. C’est ainsi qu’on lui attribue la construction du théâtre et de l’amphithéâtre de Jérusalem, mais surtout, l’extension du Second Temple, complexe religieux juif construit au VI ème siècle avant JC sur l’emplacement du Premier Temple, détruit par Nabuchodonosor II en 587 avant Jésus-Christ. Ce que l’on appelle communément le Mur des Lamentations, principal lieu saint du judaïsme, est considéré comme étant le mur occidental restant du Second Temple, qui sert également de soubassement à l’Esplanade des mosquées, le «Noble Sanctuaire» des musulmans.

Mais des archéologues travaillant pour l’Autorité des antiquités d’Israël ont annoncé mercredi que des fouilles sous les fondations en pierre du Mur avaient permis de mettre au jour des pièces frappées par un procurateur romain de Judée vingt ans après la mort d’Hérode. Ce qui indique qu’Hérode n’a pas construit le Mur des Lamentations.

Flavius Josèphe avait raison Les pièces de bronze ont été frappées aux alentours de 17 après Jésus-Christ par Valerius Gratus, qui précéda Ponce Pilate en tant que représentant de Rome à Jérusalem, souligne Ronny Reich, de l’Université de Haïfa, l’un des deux archéologues en charge des fouilles. Ces pièces ont été découvertes dans un bain rituel qui était antérieur à la construction du complexe du Temple d’Hérode, et avait été comblé à l’époque pour soutenir les nouveaux murs, précise Ronny Reich. Si Hérode a bien mis en route l’extension du Second Temple, les pièces montrent que la construction du Mur des Lamentations n’avait même pas commencé avant sa mort et a été probablement achevée seulement des générations plus tard.

La découverte vient confirmer un récit de Flavius Josèphe, historien romain du Ier siècle, qui après la destruction du Second Temple par Rome en 70 après Jésus-Christ, raconta que les travaux au Mont du Temple n’avaient été terminés que par le roi Agrippa II, arrière-petit-fils d’Hérode. Flavius Josèphe explique également que la fin du chantier avait laissé 18.000 travailleurs sans emploi, ce qui, selon certains historiens, est à mettre en relation avec l’éclatement de la Grande Révolte des Juifs de la province de Judée contre l’Empire romain en 66 après Jésus-Christ. Après quatre années d’affrontements, les légionnaires romains de Titus viennent à bout de l’insurrection en 70 et détruisent le Temple, marquant la fin de l’État hébreu à l’époque ancienne.

Contrôlée depuis 1967 par Israël, l’enceinte abrite la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher, sanctuaire musulman à la coupole dorée. Ce «Noble sanctuaire», un des lieux les plus saints de l’islam, cohabite dans la douleur avec, en contrebas, le Mur des Lamentations.

Par Laura Raim