Tuesday, November 08, 2011

Des châteaux dans le désert

Des châteaux dans le désert
http://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/20111108.OBS4104/des-chateaux-dans-le-desert.html

Des châteaux dans le désert Des châteaux dans le désert 08-11-11 à 16:42

Des observations satellites ont permis de découvrir un grand nombre de constructions appartenant à une de civilisation pré-islamique dans le désert Libyen.

Vestige d’un château en pierres et briques de boue. Photo by Toby Savage

Des vestiges à foison Plus de 100 fermes fortifiées, des villages entourant des châteaux avec des murs de quatre mètres de hauteur encore debout, des cimetières, des puits et des systèmes d’irrigation…l’inventaire est impressionnant.

Toutes ces constructions ont été découvertes dans le désert dans le sud-ouest de la Libye grâce à des relevés satellites.

La plupart des vestiges datent de 100 à 500 ans après JC. Ces cités redécouvertes ont probablement été construites par une civilisation méconnue, celle des Garamantes, dont la culture était bien plus avancée et historiquement plus importante que ce qui était supposé par les premiers historiens.


Un peuple discrédité par les romains Les Garamantes étaient un ancien peuple libyco-berbère qui vivait entre la Libye et l’Atlas plus particulièrement autour des oasis de Djerma (nom moderne de leur capitale, Garama) et de Mourzouk. Leur nom signifierait « les gens de la cité ».

Les résultats remettent en question une vision datant de l’Empire Romain faisant des Garamantes des nomades barbares et des fauteurs de troubles. «En fait, ils étaient hautement civilisés, vivaient dans de grandes agglomérations fortifiées, surtout autour des oasis.

Cette civilisation formait un état organisé avec des villes et villages, une langue écrite et des technologies de pointe. Les Garamantes ont été des pionniers dans l’établissement des oasis et l’ouverture commerce transsaharien », a déclaré le professeur David Mattingly, de l’université de Leicester.

Des fouilles interrompues «L’imagerie satellitaire nous a donné la capacité de couvrir une grande région. Les preuves suggèrent que le climat n’a pas changé au fil des années et nous pouvons voir que ce paysage inhospitalier sans précipitations était autrefois très densément construit et cultivé. Ce sont des paysages antiques tout à fait exceptionnels, tant en termes de gamme de caractéristiques que de qualité de conservation», explique le Dr Martin Sterry, également de l’Université de Leicester, qui a été en grande partie responsable de l’analyse des images.

Les chercheurs ont été forcés d’évacuer la Libye en février lorsque la révolte anti-Kadhafi a commencé, mais ils espèrent pouvoir retourner sur le terrain dès que la sécurité sera entièrement restaurée. «C’est un nouveau départ pour la Libye et une chance pour le peuple libyen de renouer avec leur histoire depuis longtemps réprimée », explique le professeur Mattingly. «Ces vestiges représentent les premières villes en Libye qui n’ont pas été construites par la colonisation des peuples méditerranéens comme les Grecs et les Romains».

J.I.Sciences et Avenir.fr 08/11/2011