Wednesday, September 21, 2011

Vivre et mourir à Pompéi

L'exposition du musée Maillol, à Paris, propose une visite étonnante : une maison pompéienne reconstituée avec ses pièces principales, ses fontaines entourées de mosaïques, son merveilleux décor de peintures, ses sculptures, son mobilier. Notre photographe a suivi cette exceptionnelle mise en scène : Pompéi comme si vous y étiez !

Il fait curieusement chaud, ce matin. Il n'est pourtant que huit heures», soupire Julia Felix. Riche, elle occupe une des plus vastes maisons de la ville, à côté de la porte de Sarno, dans le quartier est de Pompéi. L'atrium, pavé de jaspe rouge, d'agates orientales et d'albâtre fleuri, mène aux chambres à coucher et aux salles à manger. Derrière la salle d'audience, on aperçoit un jardin planté de lauriers et de platanes qui abritent de leur ombre un petit temple consacré à Isis. Au-delà, la vue s'étend jusqu'à la cime du Vésuve dont on voit la mince fumée monter au ciel. Julia va envoyer ses servantes au marché acheter ces poissons que les pêcheurs remontent de la côte dans des paniers. Elle a envie, elle aussi, d'aller jusqu'au macellum voir les colporteurs qui proposent des tissus chatoyants, des colifichets, des parures pour les cheveux. En sortant de chez elle, elle est agacée de voir qu'un des nombreux graffitis qui défigurent la ville s'étale sur son mur : «Votez Caïus.» Elle prend la rue de l'Abondance pour arriver au forum qui grouille de monde : teinturiers, boulangers, bronziers. Riches et pauvres se côtoient. Il fait bon vivre à Pompéi.

Plus à le Figaro

Related Media Related Sites
   

SwordsFromSpain.com

Your Ad here